La communauté

37 utilisateurs en ligne

Se connecter
S'inscrire

Dossier photo numérique Vu 94688 fois

6 commentaires

Lire et comprendre l'histogramme d'une photo

Nous allons apprendre, à travers ce dossier, à lire un histogramme et à s'en servir lors des prises de vue. Nous verrons quelle est son utilité et comment l'interpréter pour améliorer ses images.

Introduction

En photographie numérique, les appareils proposent dans le mode lecture (touche "info" en général) les vitesses et valeurs de diaphragme de l'image. Ces informations sont complétées par un histogramme. L'histogramme est aussi disponible dans les logiciels de retouche comme Photoshop ou Gimp par exemple. Cette courbe offre une visualisation de l'exposition de votre photo. A gauche se trouvent les tons foncés et à droite les tons clairs (de 0 à 255, 0 correspond au noir pur et 255 au blanc pur). Plus la courbe est haute plus il y a de valeurs dans tel ou tel ton.

Photo illustrant un histogramme moyen.

photo illustrant un histogramme moyen

Cet histogramme nous montre par exemple une image ayant beaucoup de valeur de gris (au milieu) mais peu de valeurs sombres et claires. Nous pouvons voir, grâce à cet histogramme que cette image est peu contrastée.

histogramme moyen

D'après une courbe d'histogramme nous pouvons apprendre beaucoup sur notre photo (contraste plus ou moins faible, sous exposition, sur exposition) et ainsi pouvoir la corriger de manière plus fiable. Une image ayant une courbe que n'occuperait que la partie centrale ne serait pas ou peu contrastée. Cela signifierait que la majorité des tons de la photo se trouveraient aux alentours du gris. Comme l'exemple ci-dessous.

Photo illustrant un histogramme mou.

photo illustrant un histogramme mou

La courbe ne touche aucune extrémité, donc il n'y a pas de noir "bouché" (valeur de gauche, vide ici) ni de blanc "cramé" (valeur de droite, également vide sur cet histogramme).

Histogrammme d'une photo peu contrastée

Une image contrastée sera définit par une courbe allant de l'extrême gauche à l'extrème droite. Donc du noir pur au blanc pur.

Photo bien contrastée.

photo bien contrastée

Cette courbe illustre une image contrastée avec une prédominance des tons clairs (pic de droite). Nous pouvons également voir que l'image comportera des zones inexploitables vue que la courbe touche les valeurs de noir "bouchés" et de blanc "cramés".

Histogramme d'une image contrastée

Une image à très forts contrastes aura une courbe n'occupant que les extrémités de l'histogramme.

Photo très contrastée.

photo très contrastée

Cette image ne présente que très peu de valeur de gris, beaucoup de tons foncés et de tons clairs, dont certaines valeurs atteignent le blanc pur (255).

image très contratée

Une photo sous-exposée donnera une courbe tassée vers la gauche et inversement, une image surexposée affichera un histogramme qui occupera la partie droite.

Photo illustrants un histogramme sous exposé.

photo illustrants un histogramme sous exposé

Histogramme d'une photo très sous exposée, la plupart des tons sont noirs purs ("bouchés", 0).

histogramme image sous  exposées

Photo illustrant un histogramme surexposé.

photo illustrant un histogramme surexposé

Histogramme d'une photo très surexposée, la plupart des tons sont blancs purs ("cramés", 255) .

histogramme d'une image surexposée

De même nous pouvons voir grâce à l'histogramme d'une photo si celle-ci a été retouchée. La retouche se traduit par une perte de données visibles sur l'histogramme au travers d'une courbe en dent de scie.

Photo retouchée.

photo retouchée

On voit bien sur cet histogramme l'écrétage de la courbe illustrant la perte de données.

histogramme d'une image retouchée

Conclusion

L'intérêt de l'histogramme est bien sûr de pouvoir contrôler sa photo sans passer par l'écran de votre ordinateur et un quelconque logiciel de retouche. Les informations contenues dans l'histogramme sont bien plus fiables que les écrans des appareils photo numériques et des ordinateurs, quoique les écrans de graphisme calibrés sont généralement plus fiables que les autres. Vous pouvez ainsi en un seul coup d'oeil vérifier si votre image est bien exposée, si elle sera exploitable et quelles sont les éventuelles corrections à effectuer.

Retour
  • jacquelinejardin le 29-09-2009 : :tiptop Super je crois que j'ai tout bien pigé. Il y a plein d'infos sur ce site, il suffit de les trouver ! Avec un peu de temps et de patience je devrais y arriver.
  • gnomish le 28-09-2009 : Oui c'est cela, il est conseillé de prendre un CPL (polarisant circulaire) et au diamètre de ton objectif.On en parle ici en détail si tu veux bien.
  • jacquelinejardin le 28-09-2009 : Merci pour le complément d'info:pmf:Question subsidiaire : polariser c'est utiliser un filtre ? J'imagine qu'il y en a de plusieurs sortes... lequel choisir ?
  • gnomish le 28-09-2009 : En mode "mesure de lumière matricielle" j'ai constaté que le K200 était très (trop?) prudent et choisissait d'exposer pour les hautes lumières ... au risque de sous-exposer le reste de la scène.J'ai passé l'été av...
  • zitoune le 28-09-2009 : une petite compensation d'expo à +1ev :pmf: