La communauté

23 utilisateurs en ligne

Se connecter
S'inscrire

Dossier photo numérique Vu 41728 fois

0 commentaires

FujiFilm Finepix J50

Fujifilm lance la série J, deux nouveaux appareils photo numériques compacts d'entrée de gamme. Nous testons aujourd'hui le Fuji Finepix J50. Ce compact stylé propose un zoom optique 5x supporté par un petit capteur (1/2.5 pouce) de 8 Mpx. Nous allons voir ensemble ce que propose Fuji avec cet appareil à moins de 200 € (euros) à sa sortie.

1. Prise en main, ergonomie

Cette nouvelle gamme d'appareil photo propose un design et une finition soignés. La face avant du FujiJ50 est métallique et le dos est en plastique mat. La série "utilitaire" peut désormais se vanter d'un habillage des plus sérieux. Les prises sont protégées par des caoutchoucs et l'alimentation est assurée par une batterie propriétaire. Nous retrouvons une commande de zoom traditionnelle sur le dessus de l'appareil (comme souvent non progressive).

Fuji Finepix J50 vu de face Fuji Finepix J50 vu de dos Fuji Finepix J50 vu de dessous

Vu de face, détail de la coque avant du Fuji J50, zoom sorti.

Fuji J50 de dos, allumé, écran et commandes.

logement carte mémoire et batterie du Fuji J50.

Vue de face Vue de dos Vue de dessous

L'ergonomie du J50 se caractérise par un simple et petit gripp au dos de l'appareil et un ergot sur la face avant. Comme souvent design et ergonomie sont difficiles à accorder. L'écran LCD affiche une définition de 230 Kpx ce qui, dans l'absolu est respectable, mais souffre d'un rendu des plus déplaisant et loin de la réalité généralement. Les automatismes sont ici très prèsent, aucun réglage manuel n'est réellement disponible, et la qualité des logiciels nous rappelle que cet appareil compact est un entrée de gamme. Rien à voir, par exemple, avec les Panasonic FS20 ou LZ8. Le mode stabilisation n'est qu'un leurre : une "stabilisation" par augmentation de la sensibilité.

Le flash est placé juste sous la commande de zoom, une zone sensible où il n'est pas rare que nos doigts se perdent. Le carter du logement batterie/carte mémoire et de bonne facture et semble bien moins léger qu'habituellement chez Fuji.

2. Le Fuji J50 en prise de vue

Après le test du Fuji Z20 fd, l'essai du J50 fut une surprise. Rien ne les rassemble sur la réactivité, le Fuji J50 se trouve être bien plus lent que son frère. La mise au point, centrale quoiqu'il arrive, est assez précise en grand angle et se fait presque rapidement. Au zoom maxi, tout se complique, et en plus d'une lenteur conséquente, l'appareil nous gâte d'une mise au moins trop souvent impossible. L'objectif peu lumineux ne doit pas aider les choses. Une très grosse déception ce point de vue là.

L'objectif justement, déforme un peu et reste discret sur ce point tant qu'aucune droite ne frôle le bord du cadrage en grand angle. Le vignettage est lui aussi assez discret pour se faire oublier, au même titre que les franges colorées que nous sommes étonnés de voir (enfin) bien maîtrisées par Fuji.

L'écran LCD affiche une belle diagonale de 2,7 pouces pour une définition de 230 Kpx. Malheureusement cela ne fait pas tout. En effet son rendu est trompeur, il ne ressemble en rien à ce qu'a enregistré le capteur. Cela peut en surprendre plus d'un lors des premiers clichés. Suivant le même principe, le bruit est plus visible sur l'écran LCD qu'il ne l'est réellement !

Concernant le rendu des couleurs, nous émettons de sérieux doutes sur la cellule (TTL sur 64 zones) qui se laisse bien vite leurrer. La balance des blancs à reconnaissance des scènes est bien réglée et assez efficace, par contre les réglages appliqués aux modes scènes nous semblent parfois poussés. En effet les modes dédiés à la prise de vue de personnes sont réglés assez "froids", tirant vers les teintes bleus. Ainsi les photos en "Portrait" ou "Bébé" sont assez peu chaleureux !

En tant qu'appareil photo numérique compact à usage familial, le Fuji J50 se devait de proposer un mode auto simple et performant. C'est une réussite de ce côté, peu d'option sont disponibles et cela a pour avantage de simplifier réellement la prise du vue et se rapprocher de la tendance "clic-and-shot" abordée par le Fuji J50. Pour ceux qui voudront s'initier à la prise de vue plus manuelle, ils ne trouveront rien de plus que le choix de la sensibilité, la compensation d'exposition et le choix de la balance des blancs, le tout étant accessible via le menu et non par des commandes directes.

Le mode macro du J50 n'a rien de particulier, le grossissement est moins élevé que chez la concurrence, mais la quasi absence de déformation lui profite. En revanche, c'est une épreuve de plus pour l'autofocus.

La portée du flash est modeste, son rendu en environnement très sombre est tout aussi basique que le reste de l'appareil. Par contre la gestion de celui-ci en lumière ambiante moyenne est très bonne, le rendu est très agréable pour un compact de ce cette gamme de prix.

Le couplage de la cellule et de l'autofocus (central) peut surprendre. Cette fonction non débrayable bride dans certains cas, le Fuji J50

 

Des réglages de balance des blancs en mode scène assez poussés, qui enlèvent un peu l'aspect naturel des photos.

Mode scène "Bébé"Mode scène "Paysage"

 

Un rapport macro en retrait par rapport à la concurrence mais appuyé par un objectif correct.

 

Voici les images studio, avec, au choix, les photos de la scène entière (cliquez sur une image pour la voir en taille réelle), et des photos d'identité de Ken en taille réelle. Cela signifie qu'un pixel du fichier est égal à un pixel à l'écran.

Scène entière
Ken taille réelle
scène à 100 ISO 100 iso scène à 200 ISO 200 iso
scène à 400 ISO 400 iso scène à 800 ISO 800 iso
 

Côté gestion du bruit, nous sommes très heureux des résultats du Fujifilm J50. Certes il ne propose pas de sensibilités incroyablement hautes, mais et c'est assez rare pour être remarqué, toute la plage de sensibilité est exploitable. A 800 ISO le bruit est prèsent mais discret pour permettre des impressions 10x15 sans aucun souci. Plus de tri concernant la qualité, un très bon pour l'utilisation familiale à laquelle il se prête.

Conclusion

Ne mentons pas, le Fuji J50 nous a un peu déçu dans l'ensemble. Nous acceptons facilement la rusticité de l'appareil face à d'autres modèles plus multimédia, plus assistés, mais la faiblesse de l'autofocus nous a finalement laisse un goût amer. Le Fuji J50 est passé près du compact très attirant de par un prix abordable, une simplicité d'utilisation à la portée de tous, une plage de sensibilités enfin exploitables pour finir comme appareil à fuir. Trop de photos floues, de mises au point simplement impossibles, d'instants volés inabordables pour prétendre à un usage réellement familial. Des modèles concurrents plus anciens sont bien plus agréables d'utilisation, peut-être moins bons sur la gestion du bruit, mais bien meilleurs sur le reste des possibilités.

En bref

Fuji Finepix J50

Fuji J50

Ce qu'on a aimé

  • Objectif agréable
  • Design & finition
  • Gestion du bruit

Ce qu'on a moins aimé

  • Réactivité ancestrale
  • Préréglages de balance des blancs un peu trop poussés

Les notes de pixelValley

  • Prise de vue / Prise en main11
  • Ergonomie, Design, Menus12
  • Flash13
  • Macro10
  • Rendu des photos12
  • Réactivité11

Note globale

Note globale: 10 sur 20
Retour