La communauté

27 utilisateurs en ligne

Se connecter
S'inscrire

Dossier photo numérique Vu 24261 fois

8 commentaires

FujiFilm FinePix S5 Pro

Nous testons cette fois le reflex proposé par Fujifilm, le S5 Pro. Combinant un boîtier d'une finition très soignée, issue du Nikon D200, et un capteur associé à un traitement d'image propre à Fuji, cet appareil photo numérique reflex semble un peu hors-normes. En effet il est le seul aujourd'hui à proposer une plage dynamique étendue...

1. Prise en main, ergonomie

Reprenant le boîtier tropicalisé du Nikon D200, le S5 Pro n'a pas à pâlir de sa finition. Sur le dessus du boîtier nous retrouvons le deuxième écran si cher à Nikon. Les habitués y verrons un repère de plus, en arrivant des appareils reflex Nikon. Le gripp de l'appareil est très bon, malgré le poids, il tient particulièrement bien en main, notamment grâce à la place qu'offre la poignée. Cette dernière accueille sans problème tous les doigts d'une grande main.

FujiFilm S5 Pro, flash ouvert Fuji S5 Pro de trois quart face Fuji S5 Pro de dos allumé

Reflex pro Fuji S5 Pro, flash sorti.

Reflex pro Fuji S5 Pro, de trois quart face.

Reflex pro Fuji S5 Pro, de dos, écran allumé, détail commandes.

Vue de face Vue de dos Vue de dessous

Ce S5 Pro propose évidement le testeur de profondeur de champs, la commande d'entrainement, et, de manière générale, assez de commandes dédiées pour permettre une manipulation rapide et aisée. L'écran ne sert plus alors que pour la visualisation et nous n'avons plus besoin de sortir l'œil du viseur pour les différents réglages. Notons, et les amateurs de photographie en studio seront ravis, la prise synchro flash sur le côté de l'appareil, une prise qui devient, et c'est dommage, rare sur les boîtiers numériques.

Le viseur du S5 Pro est somme toute correct en taille et en grossissement, il offre bien entendu le quadrillage en semi transparence. Son déport le rend agréable d'utilisation, nous regretterons toujours qu'à ce prix les reflex numériques ne proposent pas de "vrai" viseur, quitte à se passer de flash embarqué. Mais ce jugement n'engage que Pixelvalley.
Le S5 reprend l'imposante batterie du Nikon D200 ce qui lui confère une autonomie de plus de 700 clichés

2. Le Fuji S5 Pro en prise de vue

C'est en prise de vue que le S5 Pro se détache vraiment de la concurrence. Outre la plage dynamique étendue, cet appareil photo numérique reflex propose des simulations de film. Trois "films négatifs et un inversible". Bien entendu, il ne faut pas s'attendre à trouver sur ce reflex un quelconque mode automatique ou des modes scènes !

L'autofocus est lui aussi tiré du Nikon D200 et propose 11 collimateurs. Son efficacité laisse rêveur et nous le trouvons même plus efficace et plus rapide en multipoints. Évidemment avec un objectif lumineux dessus, l'appareil est d'autant plus performant, cela même et surtout en intérieur. Les commandes d'entrainement disposées sur le boîtier permettent une dextérité incroyable en reportage pour le suivi de sujets en mouvement ou une rafale inopinée.

Nous avons bien entendu testé la plage dynamique étendue. Plusieurs positions sont possibles : Auto, 100%, 200 % et 400 % ainsi que tous les réglages intermédiaires. Force est de constater que la plage dynamique Auto répond à la plupart de nos besoins, dans la mesure où elle est couplée à la cellule d'une grande précision. Nous récupérons ainsi beaucoup de matière dans les zones contrastées. C'est un vrai bonheur que d'avoir un capteur se rapprochant nettement plus de la vision humaine que ce que nous connaissons habituellement. Les contre-jours deviennent des plus agréables dans la mesure où les ombres contiennent très souvent la matière nécessaire à un post-traitement.

Côté gestion des couleurs, le S5 Pro diffère nettement du D200. Nous avons trouvé une balance des blancs auto tirant vers le bleu. Bien que cet aspect soit modéré, les images n'ont, du coup, plus du tout la même connotation. Nous préférerons la corriger en manuelle, en montant à des températures de l'ordre de 5500 à 5900°. L'appareil dispose de plusieurs réglages de balance des blancs personnalisables, un vrai plus pour couvrir la plupart des situations habituelles en reportage. Rappelons qu'en format RAW, l'image est enregistrée brute, sans balance de blancs. Remarquons que l'écran LCD ne fait qu'accentuer ce rendu, il faudra éviter de s'y fier...

L'appareil, étonnamment, ne donne pas du tout les mêmes rendus couleur en RAW et en JPEG. Les JPEG sont naturellement plus saturés et semblent être plus durs dans les dégradés. Cette différence est d'autant plus visible lors des simulations de film.

Les simulations de film justement, ne permettent plus de régler la plage dynamique propre à Fujifilm. La différence se fait sentir suivant les films simulés. Les traitements F1 a, b et c (simulation négatif) offrent des rendus très doux et très agréables, supportant bien le JPEG. Le rendu F2 (diapo), plus saturé bien sûr ne pourra pas se passer du format RAW. En effet, la saturation étant plus forte en JPEG, et les nuances plus faibles, cette simulation donnera des résultats parfois surnaturels, à déconseiller pour du portrait (hors RAW). Note : ce test a été réalisé avec le développeur "Hyper Utility 3".

La gestion du petit flash embarqué est de bonne qualité et permet de garder des lumières ambiantes très agréables, nous reconnaissons avec plaisir Fuji dans ce traitement.

Le rendu du piqué sur le S5 Pro nous a semblé moins poussé que sur le D200. Il semblerait en effet, que dans le traitement interne de l'appareil photo, la netteté par défaut soit plus douce sur le Fuji S5 Pro que sur le D200. Un détail s'il en est.

Voici un exemple de deux JPEG issus d'un même RAW, toutes les informations sont contenues dans l'image de départ, le ciel et ses tons clairs, ainsi que le bâtiment en contre jour. (impossible de rendre tous ces tons sur un unique JPEG)

exemple de plage dynamiqueexemple de plage dynamique

 

Une balance des blancs souvent froide en automatique.

Exemple de Balance des blancs

 

Un exemple de simulation, à gauche le film négatif (F1a) et à droite le film réversible (F2). L'interprétation est très différente.

Simulation de film négatif (a)Simulation de film Diap

 

Voici les images studio, avec, au choix, les photos de la scène entière (cliquez sur une image pour la voir en taille réelle), et des photos d'identité de Ken en taille réelle. Cela signifie qu'un pixel du fichier est égal à un pixel à l'écran.

Scène entière
Ken taille réelle
scène à 100 ISO 100 iso scène à 200 ISO 200 iso
scène à 400 ISO 400 iso scène à 800 ISO 800 iso
scène à 1600 ISO 1600 iso scène à 3200 ISO 3200 iso
 

La gestion du bruit de l'appareil photo numérique reflex Fujifilm S5 Pro est hors normes. Aucune déperdition de couleur n'est à noter, et le résultat est proche de la perfection jusqu'à 1600 ISO ! Nous pouvons, dans la pratique, shooter jusqu'à 1600 ISO sans se poser la moindre question. C'est une autre façon de voir les sensibilités en photo numérique. La sensibilité maximale sera exploitable pour une utilisation finale non professionnelle. Pour des amateurs/experts, comme pour ceux qui débutent en photographie professionnelle, cet appareil Fuji offre de grandes possibilités...

Conclusion

Depuis l'adoption du boîtier du D200, la série S de Fuji est en passe de devenir une référence en matière de photographie amateur/expert. L'appareil regroupe une finition et une prise en main de très haut niveau, un traitement logiciel doux et agréable, où la faiblesse de la balance des blancs tient plus lieu de détails. Son capteur à haute plage dynamique et ses simulations de film, ne font que multiplier ses possibilités, de même que la gestion du bruit profondément discrète et efficace. Bien que son rendu d'image soit généralement un peu en dessous du Nikon, ses capacités et sa polyvalence nous l'on fait préférer.

En bref

Fuji S5 Pro

Fuji S5 Pro

Ce qu'on a aimé

  • Plage Dynamique
  • Boîtier
  • Simulation

Ce qu'on a moins aimé

  • Balance des blancs auto en JPEG

Les notes de pixelValley

  • Prise de vue / Prise en main16
  • Ergonomie, Design, Menus15
  • Flash13
  • Macronc
  • Rendu des photos17
  • Réactivité16

Note globale

Note globale: 17 sur 20
Retour
  • La sale Haze le 17-03-2008 : Très bonne idée ça =D
  • ebola le 17-03-2008 : Oui il a la plage dynamique la plus étendue :)Je vou sdis pas la crise pour le renvoyer. Je l'ai eu une semaine, j'ai fait 975 clichés..... 98% avec mon bon vieux 50 mm F1.4.... snif que de bonheur..Sinon, je me suis posé bea...
  • La sale Haze le 16-03-2008 : 3,3 images secondes c'est déjà pas mal, faut savoir cliquer au bon moment =DIl faut savoir monter dans les gammes expertes *se met à rêver*Merci pour tout ça Lolo =)
  • lolo le 16-03-2008 : La sale Haze :Le K20D et le D40 offrent une aussi grande plage dynamique ?Oui ...attention j'ai dit Canon 40D pas D40...c'est pas le meme appareil... SUr le Canon la dynamique peut etre augmenté de 0,7 IL mais les resultats te...
  • La sale Haze le 16-03-2008 : Le K20D et le D40 offrent une aussi grande plage dynamique ?Mais par contre cet appareil serait à réserver à du studio non ?Je commence à voir la photographie bien différemment !Est-ce qu'avec ce Fuji je pourrai faire ...