La communauté

27 utilisateurs en ligne

Se connecter
S'inscrire

Dossier photo numérique Vu 23094 fois

0 commentaires

FujiFilm FinePix S9500

Fuji vient d'ajouter à son catalogue le FinePix S9500.  Sur le papier, ce dernier né dans la gamme des Bridges numériques possède des caractéristiques techniques qui retiennent l'attention. Il est en effet
équipé d'un capteur de 9MP, d'un objectif Fujinon 28-300 et offre une sensibilité lui permettant de monter jusqu'à 1600 ISO . De quoi rivaliser avec ses grands frères, et pour un peu on en vient à se demander si le FinePix S9500 ne cherche pas à se faire passer pour un Reflex. D'autant que la maîtrise reconnue de Fuji dans la gestion du bruit est assurément au rendez-vous. Le Fuji FinePix S9500 tiendra-t-il ses promesses ? Réponses....

Le FinePix S9500 ressemble indéniablement à un Reflex d'entrée de gamme. A titre de comparaison, sa taille est à peu prés équivalente à un Canon EOS 350D. On retrouve même la petite molette à droite (qui sert à réaliser plusieurs réglages) comme sur la plupart des Reflex. L'ergonomie de l'appareil est bien pensée et offre une excellente prise en main grâce notamment à son avancée sur la droite.

Fuji S9500 de trois quart face Fuji S9500 de dos Fuji S9500 Fuji S9500 et Canon EOS 350D, comparaison

Fuji S9500 de trois quart face.

Fuji S9500 de dos.

Fuji S9500.

Fuji S9500 et Canon EOS 350D, comparaison.

Fuji S9500 de trois quart face Fuji S9500 de dos Fuji S9500 Fuji S9500 et Canon EOS 350D, comparaison

L'appareil propose un capteur de 9Mp et un zoom 10.7X équivalent à un 28-300. Une plage focale très intéressante qui allie un vrai grand angle de 28mm et un téléobjectif plus qu'honorable de 300mm. Ci-dessous une comparaison entre la focale courte (24mm) et la focale longue (140mm)

Un bémol toutefois, l'objectif n'est pas équipé de stabilisateur optique. Pour pallier au problème de flou au zoom maxi, Fuji propose un mode anti bougé qui a pour fonction d'augmenter la sensibilité ISO de l'appareil à 800. Nous verrons plus loin dans ce test si cette technique fonctionne bien.

L'objectif propose une bague de zoom manuelle très agréable et précise. Sur le fût, on trouvera même les indications focales (en équivalent 35 mm). L'objectif est également équipée d'une bague manuelle pour la mise au point. Cette mise au point manuelle se trouve assistée par une flèche apparaissant sur l’écran vous mentionnant si vous devez tourner la bague dans le sens trigonométrique ou anti-trigonométrique d’après le sujet que l’autofocus prendrait en référence. Libre à vous de choisir de suivre le guide ou de personnaliser votre mise au point. La bague de réglage est relativement bien conçue pour un Bridge mais reste toutefois perfectible.

Comme pour beaucoup de Bridges, l'Autofocus est un peu lent à faire la mise au point. Si on note quelques progrès on est encore bien loin des autofocus des Reflex. Malgré tout, l'autofocus est précis et se fait rarement pièger. Dans l'ensemble, le Fuji S9500 n'est pas un modèle de réactivité et rentre dans le rang des autres Bridges. Le temps d'allumage est de 1,5 secondes et le temps d'attente entre 2 photos est d'environ une seconde. Il existe un mode rafale qui permet de faire "seulement" 4 photos consécutives. On ne peut donc pas parler de véritable mode rafale mais ce mode fonctionne plutôt bien et fourni des images nettes. En réalité, l’appareil propose deux modes distincts de rafale. Il propose de prendre une série de photos (jusqu’à 40) à la cadence de 2 photos par seconde et de garder ensuite les 4 premières ou les 4 dernières suivant ce que l’on avait sélectionné à la base.

Au mode Raw, le temps entre deux photos est trop important atteignant en moyenne la bagatelle des 10 secondes.

Du côté visée, le S9500 propose un écran LCD de 1.8 pouces qui bascule de haut en bas permettant une prise de photo à la taille ou au sol sans avoir à se vautrer par terre. Malgré ses 118.000 pixels poussifs, l'écran offre une bonne visibilité. On pourra regretter qu'il ne soit pas plus grand mais heureusement, le photographe pourra compter sur un viseur électronique de bonne facture pour la visée.

Le flash est quand à lui relativement puissant et permet d’éclairer de 5 à 6m. Il est relativement homogène même si il n'atteint pas totalement les bords de la photo. Autre point fort, le flash est suffisamment déporté vers le haut pour éviter les yeux rouges. Pour une meilleure portée, il est possible d'ajouter un flash TTL que vous pourrez fixer sur la griffe prévue à cet effet ou de connecter un flash externesur la prise synchro disponible.

Du côté boitier aussi, le FinePix S9500 fait beaucoup penser à un Reflex. Certes le S9500 est un peu plus compact mais cela n'enlève rien à son excellente prise en main. Le design de l'appareil est très soigné et on a une réelle impression de solidité. Son poids est plus que confortable et permet une maniabilité cohérente. A cela, vous rajoutez un objectif allant de 28 à 300mm, une ouverture correcte, une sensibilté élevée et vous obtenez un appareil maniable qui s’en sort dans la plupart des situations.

Pour ce qui est de la carte mémoire, vous aurez le choix entre la Compact Flash et la xD-Card. En terme de batterie, Fuji a opté pour 4 piles classiques LR6 ou 4 accus Ni-MH. Si ces piles viennent sensiblement alourdir l'appareil, elles permettent en revanche d'avoir un jeu de piles rechargeable à moindre coût et une autonomie satisfaisante en prenant des accus.

L’ergonomie de l’appareil est bonne et la prise de vue facilitée grâce à son viseur électronique d’une très bonne résolution de 235000 pixels et d’une couverture de champ de 100%. Les différents boutons d’accès aux menus sont généralement bien positionnés hormis le bouton pour enclencher le mode macro (sur le coté gauche de l’appareil) leur utilisation est intuitive et les repères seront vite pris. Une fois rentré dans les menus, la navigation n’est pas toujours aisée, les logos sont décrits mais pas toujours explicites et la notice sera utile. Dans les points positifs, on notera l’assistance à la mise au point manuelle dont nous parlions plus haut avec la présence du cercle guide présent sur l’écran ou le viseur.

Les photos sont propres dans l’ensemble. Le rendu des couleurs est très bon même si dans ce domaine le Fuji S9500 ne sort pas du lot. On aura pu noter une aberration chromatique prononcée (franges pourpres) sur les bords des photos surtout en zones de forts contrastes. Par contre, le vignetage est quasiment inexistant.

Ce n'est pas une surprise, le Fujifilm S9500 gère très bien le bruit à haute sensibilité. A 400 ISO le bruit est très satisfaisant. A 800 ISO le bruit est visible mais les photos restent exploitables. A 1600 ISO le bruit est par contre très présent. A une telle sensibilité, les photos seront la plupart du temps trop grossières pour être exploitées. Si la gestion du bruit par le S9500 est excellente et supérieure à celle de ses concurrents, elle est toutefois en deçà de ses "petits frères" F10 et F11. Il faut dire qu'avec 9Mp sur un capteur 1/1.6 cela laisse peu de place pour les photosites et l’amplification du signal pour une telle sensibilité a vite fait de créer un bruit électronique important et difficile à contenir par un traitement logiciel. Un capteur de 6 ou 7Mp aurait peut être été suffisant, mais marketing oblige... Le S9500 reste toutefois très bon dans ce domaine, permettant d'obtenir de belles photos en intérieur, chose plutôt rare sur un bridge et le panel de 80 à 1600 iso serait parfait s’il était bien géré. Les photographes de sports seront satisfait de la possibilité de shooter avec des vitesses pouvant atteindre 1/4000s en utilisant les modes « priorité à la vitesse » ou « manuel ».

On regrettera bien sur l'absence de stabilisateur optique sur ce bel appareil. Fuji propose un mode "Antibougé" qui a pour fonction d'augmenter la sensibilité ISO de l'appareil à 800. A cette sensibilité, la vitesse d'obturation est très courte évitant ainsi le risque de flou. La présence d'un stabilisateur optique n'aurait toutefois pas été superflu. En effet, en faible condition lumineuse il est difficile d'obtenir une photo qui ne soit pas floue lorsque le zoom est à son maximum. De plus, même si le bruit est bien géré à 800 ISO, la photo n'en reste pas moins altérée.

La balance des blancs est très bonne, l'appareil se fait rarement piéger. Le mode macro est également très efficace et permet une prise de vue à 1cm au mode « super macro »

grâce à son excellente gestion du bruit, les photos prises en intérieur seront tout à fait exploitables avec cet appareil en courte focale. Le zoom sera toutefois souvent à proscrire (à moins bien sur que vous n'utilisiez un trépied). En extérieur l'appareil donne de très beaux clichés, le rendu des couleurs est très agréable. Le Fuji S9500 offre une qualité de photo globale très satisfaisante.

Vidéo : Sans être extraordinaire, le mode vidéo est plutôt performant avec ses 30 images secondes et sa définition de 640×480 pixels. Il est possible de zoomer pendant l'enregistrement de la vidéo et l'appareil se charge de faire la mise au point automatiquement. Il n'y a pas de limite de temps sur l'enregistrement si ce n'est l'espace de la carte mémoire.

Le Transfert en USB2 High Speed fait parti de ce qui se fait le mieux aujourd’hui en connectique USB.

L’autonomie de la batterie est variable puisque l’appareil dispose d’un logement pour 4 accus Ni-MH ou des piles alcalines. L’autonomie semble être légèrement différente suivant que vous utilisiez la carte mémoire xD-card ou la Compact-Flash (cette dernière étant un poil plus gourmande en énergie). Vous pourrez compter sur environ 150 photos avec des piles alkaline classique et monter jusqu’à 350 clichés avec des batteries de 2500mAh.

Le Fujifilm Finepix S9500 possède bien des atouts pour séduire. Certes on aurait aimé qu'ils nous surprenne d'avantage. Ainsi on pourra regretter une réactivité globale encore un peu lente malgré les progrès constatés à ce niveau. On aurait également aimé avoir un écran LCD plus grand que les 1.8 pouces proposés. Même sur les compacts le standard est aujourd'hui de 2.5 pouces ! Comme on pouvait le craindre l'absence de stabilisateur se fait durement sentir en mode téléobjectif.

Malgré ces quelques défauts, le S9500 reste un excellent bridge. La qualité photos est très satisfaisante et il est un des rares bridges à être aussi performants à haute sensibilité. L'appareil est dans l'ensemble très homogène. L’appareil peut être utilisé en visée et shoot instantané ou être débrayé pour composer la photo. Sa plage focale de 28 -300 est quand à elle vraiment très appréciable

Comparaison du grand angle et du zoom maxi sur le Fujifilm Finepix S9500.

 

Exemple de prise de vue, en mode macro sur le bridge Fujifilm Finepix S9500.

 

Photo de péniche prise avec le Fujifilm Finepix S9500

 

Photo de train prise avec le Fujifilm Finepix S9500

 

Conclusion

Le Fujifilm Finepix S9500 possède bien des atouts pour séduire. Certes on aurait aimé qu'ils nous surprenne d'avantage. Ainsi on pourra regretter une réactivité globale encore un peu lente malgré les progrès constatés à ce niveau. On aurait également aimé avoir un écran LCD plus grand que les 1.8 pouces proposés. Même sur les compacts le standard est aujourd'hui de 2.5 pouces ! Comme on pouvait le craindre l'absence de stabilisateur se fait durement sentir en mode téléobjectif.

Malgré ces quelques défauts, le S9500 reste un excellent bridge. La qualité photos est très satisfaisante et il est un des rares bridges à être aussi performants à haute sensibilité. L'appareil est dans l'ensemble très homogène. L’appareil peut être utilisé en visée et shoot instantané ou être débrayé pour composer la photo. Sa plage focale de 28 -300 est quand à elle vraiment très appréciable

En bref

Fujifilm Finepix S9500

FujiFilm Finepix S9500

Ce qu'on a aimé

  • La plage focale 28-300
  • La gestion du bruit à haute sensibilité
  • La résolution du viseur
  • La résolution du capteur
  • La bague de zoom
  • La griffe pour un flash supplémentaire
  • L'ergonomie

Ce qu'on a moins aimé

  • L'écran LCD trop petit
  • L'absence de stabilisateur optique
  • Le mode vidéo
  • La déformation en barillet en grand angle
  • Le manque de réactivité

Les notes de pixelValley

  • Prise de vue / Prise en main14
  • Ergonomie, Design, Menus13
  • Flash13
  • Macro14
  • Rendu des photos13.5

Note globale

Note globale: 13 sur 20
Retour