La communauté

23 utilisateurs en ligne

Se connecter
S'inscrire

Dossier photo numérique Vu 15293 fois

0 commentaires

Kodak EasyShare P880

Pour un appareil du type Bridge, le Kodak Easyshare P880 présente une qualité photo surprenante ! Avec une résolution de 8 Mégapixels, un objectif 24-140mm, un écran LCD spacieux de 6,35 cm et un viseur électronique avec une résolution confortable de 237 000 pixels, l'appareil vous donne l'accès au grand angle et au zoom optique 5,8x.

L’aspect général hors norme de cet appareil peut demander un temps d’adaptation car son esthétique se rapproche d’un reflex aplati. Son poids de 510grammes (avec carte mémoire et batterie) ne vient pas altérer une bonne prise en main et contribue à une stabilité de l’appareil mais l’absence de stabilisateur se fait parfois ressentir lorsque le zoom est déployé.

Kodak EasyShare P880, vue de trois quart face Kodak EasyShare P880, vue de trois quart dos

Kodak EasyShare P880 vue de trois quart face.

Kodak EasyShare P880 vue de trois quart dos.

Kodak EasyShare P880, vue de trois quart face Kodak EasyShare P880, vue de trois quart dos

La bague pour le zoom est plus qu’appréciable grâce à son action mécanique sur l’objectif et donc instantané. Vous n’aurez aucun mal pour passer de la focale longue à la focale courte. Par contre, la mise au point manuelle n’est pas des plus pratiques car la bague à actionner est trop proche du boîtier et l’espace entre l’objectif et l’avancée à droite du boîtier ou le flash est trop étroit pour y passer les doigts. La souplesse de son action fait que l’on a un peu l’impression de mouliner sans avoir de butée. De plus, la mise au point manuelle se fait grâce à une partie de l’image qui se voit zoomée pour faire le réglage mais cette partie n’est pas suffisamment détaillée pour pouvoir avoir une vision correcte de la mise au point. Comme une bonne partie des bridges, la mise au point manuelle n’est pas le point fort du photoscope.

L'appareil permet d'enregistrer des images au format RAW. Toutefois l'enregistrement des photos en format RAW prennent plusieurs secondes. De quoi décourager le photographe !

L’objectif propose un zoom 5,8x avec une focale intéressante de 24–140 mm f/2,8–4,1. La focale commençant à 24mm donne un réel grand angle et un accès à des photos intéressantes. La longue focale de 140mm peut sembler courte mais est suffisante. En l'absence du stabilisateur, l’utilisation du zoom numérique (1,4x et 2x) est quant à lui à proscrire.

Ci-dessous une comparaison entre la focale courte (24mm) et la focale longue (140mm).

Kodak P880 focale courteKodak P880 focale longue

 

La prise de photos est relativement lente avec une attente de 2,5 secondes à l’allumage et de quasiment une seconde entre chaque photo en mode rafale. Le rafraîchissement de l’écran manque également de réactivité et joue parfois sur notre patience. L'autofocus est précis dans la plupart des cas mais n'est pas très véloce.

On a apprécié la prise de vue grâce au viseur électronique dont la résolution est supérieure à celle de l’écran. Il est tout à fait possible de prendre régulièrement vos photos avec le viseur et ensuite de les regarder sur l’écran (un autre pas que vous ferez vers le reflex).

Le flash est relativement puissant et permet d’éclairer assez loin lorsque le zoom est avancé pour prendre un portrait par exemple mais en grand angle l’étalement du flash n’est pas très homogène et un spot ovale est bien visible. Vous pourrez rattraper ce défaut par l’ajout d’un flash TTL que vous pourrez fixer sur la griffe prévue à cet effet ou connecter un flash externe piloté par la prise synchro disponible sur le côté de l’appareil.

La forme du Kodak P880 n’a rien de réellement particulier sinon qu’il ressemble davantage à un reflex qu’à un bridge. Sa cellule au dessus de l’objectif fait penser à deux yeux d’araignée qui vous surveille et son objectif semble être celui d’un reflex légèrement modifié.

La bague de zooming est vraiment agréable et permet un cadrage précis, la bague de mise au point manuelle n’est pas des plus commode mais vous vous accommoderez de l’autofocus ponctuel pour faire vos réglages et composerez ainsi vos photos sans difficultés.

Les menus sont assez explicites et ont de plus l’avantage d’être accessibles par diverses touches arrivant chacune sur une partie ciblée du menu ou de la configuration. La molette de sélection des modes propose les modes : « Auto », « P, S, A ou M », « configuration personnalisée », « scènes », « portrait », « paysage », « macro » ou « vidéo ». Au total ce sont plus de 20 boutons disposés sur l’appareil pour les principales fonctions (iso, balance des blancs, zoom numérique, flash, autofocus, review, delete, menu, share,..) l’accès est rapide et simplifié et évite ainsi de naviguer dans les différents menus pour effectuer les modifications voulues.

Ces menus sont relayés par les informations disponibles sur l’écran lors de la prise de vue. Ces informations détaillées s’avèrent utiles pour le contrôle de l’image (courbe de niveaux, ouverture, vitesse, iso, flash, définition, vues restantes, …) et la maîtrise de la prise de vue.

Comme nous le disions dans la partie prise en main/prise de vue, la préhension de l’appareil est bonne, son volume permet de le tenir fermement et de maîtriser le moindre mouvement ou la finesse du zoom. L’ouverture du flash n’est pas automatique, aussi, il vous faudra prendre l'habitude de l’ouvrir dès que la luminosité fait défaut.

Les photos sont propres dans l’ensemble avec des défauts que les professionnels remarqueront mais qui sembleront normaux pour un amateur.

Kodak P880 pont canal

 

La sensibilité disponible entre 50 et 400 ISO avec la résolution maximale permet de couvrir la plupart des situations. Cependant, en situation extrême cette sensibilité peut augmenter jusqu’à 800 et 1600 ISO avec une résolution de 0,8Mpx. La réduction de résolution limite ainsi le bruit sur l’image mais la réduction reste sauvage pour fournir une image de taille minimale. Le mode automatique emploie habituellement une sensibilité de 50 ISO. Les photos prises avec la sensibilité de 200 ISO présentent un léger bruit qui apparaît plus nettement en 400ISO.

Vous remarquerez sans difficulté le vignettage prononcé que ce soit au grand angle ou au téléobjectif et une déformation en barillet importante en grand angle jusqu’au centre de l’image (très présente en macro).

L’objectif produit quelques artéfacts également en conditions extrêmes et de légères franges pourpres. Certes l’optique présente des aberrations comme celles-ci mais avec un range aussi élevé, il n’y a rien d’étonnant.

Le traitement électronique des données semble tirer le meilleur parti de l’objectif en donnant des contrastes et un piqué soignés.

La balance des blancs est dans l’ensemble bonne mais se laisse piéger par un fond blanc cassé et la confusion d’une scène. En extérieur, les couleurs sont mieux gérées et par beau temps l’appareil fait des exploits. Le rendu des couleurs manque un peu de saturation et rend les images légèrement ternes.

La prise de vue en macro n’est pas très évidente car l’appareil a tendance à vouloir faire la mise au point sur le second plan lorsqu’il y en a un. Cependant, le résultat est très correct et permet de fouiller en profondeur un cliché pris à 8Mpx.

Pour exemple : La photo de base à gauche et un recadrage à droite sur l’abeille.

abeilleAbeille

 

En conclusion, les images faites en intérieur accusent le coup du fait du manque de stabilisateur et d’un flash mal réparti et quelque peu écrasant mais en extérieur, l’appareil étant moins sollicité par beau temps donne de très beaux clichés. Malgré ces quelques défauts, le piqué ainsi que le rendu des couleur sont excellents. Les photos sont superbes pour ce type d'appareil !

Vidéo : Le mode vidéo est loin d’être comparable à celui d’un Kodak V550 ou V603, le focus faisant du bruit et le son étant franchement mauvais (un souffle important est audible sans présence de vent ni de conditions particulières). La qualité d’image est bonne pour un cadrage ne bougeant pas avec une résolution de 640*480. Le manque de stabilisateur se fait encore une fois sentir.

Transfert : L’appareil est branché par le câble USB et le transfert se déroule normalement.

L’autonomie de la batterie fournie permet de faire plus de 300 photos en fonctionnement normal son chargement se fait sur le chargeur fourni pour une charge rapide.

Le Kodak Easy-Share P880 propose des photos de qualité mais une lenteur parfois pesante. Sa qualité et son fonctionnement en font une bonne alternative au reflex pour un prix en dessous des 600 euros. Vous pourrez ainsi imprimer dans de grands formats (50*70cm) ou recadrer vos images.

Conclusion

Son amplitude de focale vous permettra des photos panoramiques tout comme des portraits à distance. Ce range rend l’appareil attrayant pour toute la famille que l’on soit débutant ou confirmé. L’appareil peut être utilisé en visée et shoot instantané ou être débrayé pour composer la photo. Chacun y trouvera donc son bonheur et profitera de sa simplicité d’utilisation. Sa bague de zoom vous offre la précision et une bonne tenue de l’appareil. Il se fera polyvalent et vous initiera à la photo composée et aux réglages manuels. Vous découvrirez de ce fait la photo passion avec aisance.

En bref

Kodak EasyShare P880

Kodak EasyShare P880

Ce qu'on a aimé

  • La bague de zoom
  • La griffe pour un flash supplémentaire
  • La résolution du viseur
  • La résolution du capteur
  • Le piqué des photos
  • La tenue de la batterie
  • Le grand Angle

Ce qu'on a moins aimé

  • La mise au point manuelle
  • Le flash
  • Le mode vidéo
  • La déformation en barillet en grand angle
  • Le manque de réactivité

Les notes de pixelValley

  • Prise de vue / Prise en main14
  • Ergonomie, Design, Menus13
  • Flash11
  • Macro13
  • Rendu des photos13
  • Réactivité11

Note globale

Note globale: 12_5 sur 20
Retour