La communauté

25 utilisateurs en ligne

Se connecter
S'inscrire

Dossier photo numérique Vu 60418 fois

4 commentaires

Nikon D60

Comme chaque année, les constructeurs sortent de nouveaux appareils photo numériques, toujours plus évolués, plaçant la barre toujours plus haut. Ainsi, la course à la technologie numérique, commencée avec la définition des capteurs, profite (plus ou moins) aux utilisateurs. C'est dans ces circonstances de concurrence acharnée entre les grandes marques que nous avons testé le dernier reflex d'entrée de gamme de Nikon : le D60, équipé de son objectif de kit 18-55 F/3,5-5,6.

1. Prise en main, ergonomie

Physiquement, le D60 reste très proche du Nikon D40x. Les plastiques utilisés offrent une granularité rassurante et des gripp en amélioration. L'accroche est bonne et la place destinée à recevoir le pouce du photographe s'avère très étudiée. Le nombre de boutons sur l'appareil est toujours dérisoire, une mesure néanmoins nécessaire pour « rassurer » certains néophytes boutonnophobes. Rappelons que les commandes dédiées offrent des accès directs et précis à certaines fonctions et rendent l'utilisation d'un reflex plus simple. Les plus grandes évolutions depuis le Nikon D40x ne sont pas physiques mais logicielles.

photo du Nikon D60 de trois quart face Photo du D60, vue du logement de carte mémoire photo du D60 vue de dos, écran et nouvel affichage

Photo du Nikon D60 de trois quart face.

Photo du D60, vue du logement de carte mémoire.

Photo du D60, vue de dos écran et nouvel affichage.

photo du Nikon D60 de trois quart face Photo du D60, vue du logement de carte mémoire photo du D60 vue de dos, écran et nouvel affichage

Nikon était jusque-là réputé pour fournir des appareils aux menus, très complets certes, mais quelque peu fastidieux tant les menus s'allongeaient à perte d'écran. Voici que la firme nippone a considéré les griefs des utilisateurs et livre désormais un boîtier résolument tourné vers les photographes débutants en photographie reflex. Toujours très fournis, les menus sont désormais complétés par des illustrations, des dessins ou des photos permettant une compréhension des réglages simple et rapide. Les explications textuelles sont toujours disponibles via un simple bouton. Ainsi la vitesse, le diaphragme ou encore la balance des blancs sont désormais « visibles ».

Par exemple, vous trouverez maintenant une photo d'éclairage à incandescence à côté de l'icône de balance des blancs ressemblant à une ampoule, plutôt que le terme, peut-être un peu barbare, tungstène. Le réglage du diaphragme a aussi son illustration, qui se ferme ou s'ouvre en temps réel suivant le réglage choisi. Une très bonne avancée donc pour ce nouveau reflex.

2. Le Nikon D60 en prise de vue

Nous connaissons de longue date la fiabilité de rendu des reflex Nikon, même en entrée de gamme. C'est donc avec le souvenir d'un bon boîtier que nous avons épluché les clichés sortis du Nikon D60 et de son objectif de kit. L'exposition, comme nous en avons l'habitude avec le matériel Nikon est fiable. Même par très forte luminosité, les sous expositions sont très rares. Concernant la balance des blancs, les pré réglages sont bons, mais, point très important pour un entrée de gamme, la partie automatique est (toujours) d'une très grande précision. Seuls les débuts de journée, où la lumière est encore très froide, bleutée, peuvent tromper la balance. Le rendu restera naturel du fait de l'ambiance que nous trouvons aux heures matinales, mais les parties sombres entre autre, accusent le coup. Un détail s'il en est, car la correction pour ce type de photos leur enlève le côté naturel.

Côté couleur, nous sommes un peu plus mitigé. En effet l'appareil, par défaut, sature beaucoup et perd ainsi non seulement en fiabilité d'image, mais aussi en matière. Certaines parties peuvent donner des à-plats de couleurs, disgracieux et effaçant ainsi les détails. Ce problème est minime, il suffira de baisser un peu la saturation dans le menu de l'appareil photo. Pour le reste, la saturation ravira les photographes débutants, trouvant de cette manière des photos très colorées.

L'objectif du kit est correct, même s'il n'est pas très lumineux. Sa distance de mise au point minimale est assez rapprochée pour permettre de faire de la proxi photographie, un prélude à la macro. Le piqué, sans être transcendant est lui aussi correct, notamment lorsque l'on ferme le diaphragme d'un cran ou deux. A pleine fermeture (F/32), il est décevant et perd en qualité d'image. Rien d'extraordinaire là-dedans, c'est très courant. La stabilisation est efficace et permet de photographier à ¼ de seconde à main levée, à condition de ne pas avoir abusé de café. Si nous y prenons soin, les poses lentes de près d'une seconde sont même accessibles ! Seules contreparties, le poids et l'encombrement de l'objectif s'en ressentent. La consommation également.

Le Nikon D60 propose aussi une « extension de la plage dynamique », argument très en vogue cette année. Le système est efficace (D-lightning) et permet, à la prise de vue, de conserver bien plus de détails dans les ombres par lumière très dure par exemple. Les photos en contre-jour y trouvent aussi leur compte et gagnent franchement en naturel. Le plus gros défaut du D-Lightning est le ralentissement de l'appareil.

Le 18-55 de kit stabilisé offre des rendus agréables et honorables pour sa gamme. La distance minimale de mise au point est correcte est permet les gros plans. Tout comme sur le D40x (et sur beaucoup d'objectifs de kit), le 18-55 mm souffre de quelques franges pourpres et déformations en grand-angle. Ici des fleurs de ciboulette à pleine ouverture.

fleur de ciboulette prise au Nikon D60

 

La saturation du Nikon D60 n'est pas un handicap dans bien des situations et permet, comme ici, d'avoir des rendus plutôt éclatants.

Photo de porte d'habitation prise avec le Nikon D60

 

Voici deux photos permettant de comparer la saturation, la première présente les paramètres par défaut de l'appareil et la seconde propose des données modifiées. C'est donc dans ce genre de cas, et pour éviter les à-plats, qu'il conviendra de baisser un peu ce réglage.

Photo comparative de la saturation.

 

Mis en avant ici, le D-Lightning donne le meilleur de lui-même pour les sujets très contrastés, comme ce contre-jour. Il assure une image de qualité dans la mesure où nous trouvons très peu de parties bouchées (noirs purs).

D-lilghtning sur le Nikon D60

 

Voici les images studio, avec, au choix, les photos de la scène entière (cliquez sur une image pour la voir en taille réelle), et des photos d'identité de Ken en taille réelle. Cela signifie qu'un pixel du fichier est égal à un pixel à l'écran.

Scène entière
Ken taille réelle
scène à 100 ISO 100 iso scène à 200 ISO 200 iso
scène à 400 ISO 400 iso scène à 800 ISO 800 iso
scène à 1600 ISO 1600 iso scène à 3200 ISO 3200 iso
 

La gestion du bruit du Nikon D60 suit le même chemin que son prédécesseur. Les images sont d'une propreté sans reproche aux premières sensibilités. Passé les 400 ISO, le piqué descend nettement au profit d'un bruit maîtrisé et dont le rendu reste discret. Les 3200 ISO annoncés, bien que meilleurs que ce nous avons pu connaître auparavant sont encore trop détériorés pour être satisfaisants. En basse lumière, le bruit est bien plus visible à cette sensibilité.

 

Conclusion

Les évolutions qu'apportent le Nikon D60 sont tout à son honneur. L'entrée de gamme de Nikon est désormais très orienté débutant et garde encore les possibilités pour des amateurs au budget réduit. Si l'on passe l'absence de motorisation AF intégré au boîtier. La prise en main a franchement gagné en facilité, les rendus toujours en amélioration, grâce notamment au D-Lightning et à la stabilisation (VR) raviront ceux qui changent de type d'appareil en quête de qualité. L'autofocus est tout de même en dessous de la concurrence (3 collimateurs) mais se rattrape sur une réactivité sans faille. Un appareil à conseiller aux débutants en photographie reflex.

En bref

Nikon D60

Ce qu'on a aimé

  • Performance
  • Qualité d'image
  • Bruit toujours plus discret
  • Ergonomie top
  • Objectif de kit stabilisé et polyvalent

Ce qu'on a moins aimé

  • Toujours pas d'AF
  • Saturation excessive dans certains cas
  • Prix un peu élevé par rapport à la concurrence

Les notes de PixelValley

  • Prise de vue / Prise en main15
  • Ergonomie, Design, Menus14
  • Flash12
  • Macro12
  • Rendu des photos14
  • Réactivité14

Note globale

Note globale: 15_5 sur 20
Retour
  • zitoune le 26-08-2008 : ;)
  • ebola le 26-08-2008 : Ben c'est corrigé ! :pje corrige et rajoute ce que j'ai pensé du flash. merci oliv
  • jolieetoile26 le 25-08-2008 : :pmf: oui, plutot d40x ? :)
  • zitoune le 25-08-2008 : "Physiquement, le D60 reste très proche du Nikon D60." huhuhu :DJuste pour faire mon chi... tu mets 12/20 au flash, mais tu n'en parles à aucun moment... euh... non, bon tant pis ^^:gaa