La communauté

25 utilisateurs en ligne

Se connecter
S'inscrire

Dossier photo numérique Vu 15565 fois

0 commentaires

Pentax K20D

L'équipe de Pixelvalley a eu le plaisir et la chance d'essayer la nouvelle gamme de reflex numériques développée par Pentax. Ces modèles étant des pré-séries, c'est-à-dire qu'il ne sont pas finalisés en terme de rendu, nous ne nous hasarderons à aucune conclusion en terme de qualité d'image.

Prise en mains des reflex numériques Pentax K20D et K200D

Ergonomiquement, peu d'évolutions sont à notées. Les dimensions restent très communes aux anciens modèles et assurent donc une compatibilité (toujours chez Pentax) entière avec les accessoires déjà sortis sur les modèles précédents. Nous avons été très agréablement surpris de voir apparaître (enfin) une prise synchro-flash sur la face externe de l'appareil. Toujours disponible sur le K20D, la commande de format RAW fait son apparition sur le K200D.

Pentax propose toujours deux formats de fichiers bruts, PEF, dédié à Pentax et DNG, format brut du logiciel Adobe Photoshop. Coté autofocus, et bien qu'il faille prendre cela avec précaution, les performances de ces boîtiers sont dans la norme. Bien évidemment, un optique lumineux monté sur l'appareil comme le dernier 200 mm f/2,8 ou le 35 mm également f/2,8 nous ont donné de meilleurs résultats. Lorsque l'ensemble des collimateurs AF sont sélectionnés, les deux boîtiers ont tendances a préférer une mise au point au premier plan. Les conditions de lumière dans lesquelles ont été testées les appareils reflex Pentax n'étant pas particulièrement bonnes, nous ont au moins permis d'apprécier l'efficacité de la mise au point. Ainsi, malgré quelques retards suivant les conditions, jamais les appareils photo, ne se sont trompés.

Reflex Pentax K200D monté avec le 18-55 deuxième génération Pentax.

Reflex Pentax K200D monté avec le 18-55 deuxième génération Pentax

Côté cellule, celle présentée sur ces boîtiers (non finalisée) laissait paraître une simplicité non connue chez Pentax et péjorative se traduisant par une sous exposition latente. Comme nous le répétons, cela n'a rien de définitif et sommes persuadés de la bonne qualité de la mesure de la lumière finale. Nous avons également testé les hautes sensibilités, bien que là encore, nous ne pouvons en tirer une quelconque conclusion. Pour le Pentax K200D, la gestion du bruit, très pointue, affichait un lissage très discret mais comportant encore quelques pixels colorés. Côté K20D la gestion de l'image à 6400 ISO est des plus respectables. Le lissage est bien sûr plus présent, mais reste assez discret pour des utilisations web ou de petites impressions 10x15. Nous connaissions déjà sur les modèles précédents la faiblesse de la balance des blancs automatique, celle que nous retrouvons sur les nouvelles moutures K semblent un peu meilleure, sans être au niveau de certains concurrents. Les pré-réglages quant à eux sont – semble-t-il – bien mieux définis, et assurent une bonne correction. Nous sommes impatient de voir quelles seront les évolutions sur les modèles de séries prévus au début du printemps 2008, puisque, une fois de plus, ces essais ne sauraient valoir de référence pour les futurs tests.

Reflex Pentax K20D monté avec un 200 mm F2.8 Pentax.

Reflex Pentax K20D monté avec un 200 mm F2.8 Pentax

Retour