La communauté

25 utilisateurs en ligne

Se connecter
S'inscrire

Dossier photo numérique Vu 20897 fois

0 commentaires

Samsung Pro 815

Samsung fait du lourd avec ce beau bridge qui a tout d'un grand, un grand écran de 3,5 pouces, un deuxième écran supérieur de 1,44 pouces permettant les prises de vues verticales, un objectif Schneider-KREUZNACH d'une amplitude de 15x (28-420mm) et un capteur de 8 Mpx. Ces caractéristiques en disent long sur le potentiel de la bête et du public visé.

Le Samsung Pro815 ressemble indéniablement à un reflex doté d'un bon objectif. La prise en main est aussi bonne que celle d'un reflex Nikon et permet sans aucun problème de supporter son poids conséquent. L'écran arrière offre un confort de visualisation que l'on aimerait voir sur tous les appareils de ce gabarit aujourd'hui. Ce sont pas moins de 3,5 pouces (8,89cm) qui composent cet écran à la visibilité exceptionnelle. Samsung a, de ce fait, coupé court aux mauvaises langues qui disaient qu'on ne voit pas bien lors de la prise de vue avec un Bridge.

Samsung Pro-815 Samsung Pro-815 Samsung Pro-815 Samsung Pro-815 Samsung Pro-815 Samsung Pro-815

Samsung Pro-815.

Samsung Pro-815.

Samsung Pro-815.

Samsung Pro-815.

Samsung Pro-815.

Samsung Pro-815.

Samsung Pro-815 Samsung Pro-815 Samsung Pro-815 Samsung Pro-815 Samsung Pro-815 Samsung Pro-815

De plus, sur le dessus de l'appareil, vous remarquerez sans difficultés le nouvel écran supérieur pour la prise de vue verticale. Ce petit écran couleur TFT fait 1,44 pouces (3,65cm) et permet de faire la prise de vue ou d'afficher les réglages sélectionnés. L'appareil propose un capteur de 8Mp et un zoom énorme de 15X équivalent à un 28-420mm. Une plage focale allant du grand angle confortable de 28mm à un téléobjectif de 420mm permettant des portraits à distance sans aucun problème et des zooms hors normes tel un paparazi. Ci-dessous une comparaison entre la focale courte (28mm) et la focale longue (420mm)

Il manque cependant une chose à cet appareil: le stabilisateur optique. L'appareil sélectionne une sensibilité plus importante afin de palier le problème de bougé. Lorsque vous utilisez le zoom à sa focale maximum, vous aurez tout intérêt à vous servir du viseur et non des écrans afin de bouger le moins possible. La présence d'un écran de 3,5 pouces est un réel plaisir et apporte beaucoup de confort mais il a pour conséquence d'excentrer le viseur sur l'extrême gauche de l'appareil et de fournir à la prise de vue une stabilité moindre que lorsque le viseur est centré. Avec un reflex classique, la présence du viseur au centre de l'appareil permet de caler le boîtier contre l'arrête du nez et ainsi de diminuer le bougé au moment du cliché.

L'objectif est muni de trois bagues équivalentes à celles que l'on trouverait sur un appareil reflex argentique, à savoir: une bague de zoom, une bague de mise au point et une bague de diaphragme. Leur utilisation est très fonctionnelle et permet un réglage relativement précis et réactif. La tenue de l'objectif est efficace et assurée. Sur le fût sont mentionnées les équivalences de focale en 24*36mm vous permettant de garder vos repères de l'argentique ou de les prendre pour vous diriger ensuite vers un appareil reflex.

Le temps de réaction du Samsung Digimax Pro815 ne laisse pas ses concurrents de côté avec une seconde à l'allumage et 1,3 secondes entre deux photos, l'appareil peut sembler un peu lent sur l'autofocus et cela est plutot gênant pour prendre en photo un enfant en mouvement par exemple. Par contre, les performances en rafale sont satisfaisantes avec 2,5 images par seconde à la définition de 8Mpx.

Sur le dessus du boîtier, on trouve le petit écran avec une bonne définition, 4 boutons d'accès rapide aux principales fonctions (ISO, Mise en forme, Retardateur, Entrainement (rafale) et la molette de sélection pour les différents modes dont les 4 appréciables pour le photographe passionné (PASM: programme, ouverture, vitesse, manuel). La visée et le contrôle de la prise de vue sont agréables grâce au choix d'utilisations. La définition des deux écrans et du viseur est bien soignée et on ne peut pas reprocher grand chose à l'appareil de ce côté. Le viseur dispose même d'un réglage de la dioptrie pour les porteurs de lunettes.

Le Samsung Pro815 dispose d'un flash puissant, portant jusqu'à 7m. Son ouverture le positionne suffisament éloigné du boîtier pour limiter la présence d'ombre de l'objectif. Si vous trouvez encore le flash poussif, vous avez la possibilité d'ajouter un flash externe sur la griffe prévue. Samsung met à disponibilité un flash externe TTL optionnel SEF 42A. L'appareil l'accueillera intuitivement et vous permettra de contrôler l'exposition de ± 2EV tout comme sur le flash intégré. Vous pourrez également sélectionner l'instant du déclenchement du flash au premier rideau ou au second. Le flash interne couvre environ la plage de 7cm à 6m en grand angle et de 1,5m à 3m en téléobjectif.

Le boîtier du Samsung est assez gros (plus gros que celui d'un Canon 350D), certains trouveront qu'il n'y a pas fort intérêt à investir dans un bridge qui n'a plus la taille d'un bridge. Le bridge est d'accoutumée fait pour avoir la meilleure configuration tout en ne prenant que le strict minimum de place. Là-dessus, il faut bien reconnaître que le Pro815 n'est pas le modèle de poche ni un poids plume. En revanche, l'écran et le zoom Schneider Kreuznach de 28-420 mm en font un sérieux concurrent. Son design particulier avec son viseur excentré et une générosité d'éléments débordante donnent des atouts indéniables à cet appareil. Le tenue est agréable et efficace. La texture plastique ne parait pas fragile mais offre tout de même une bonne adhérence par sa matière caoutchoutée. La profusion d'éléments est intéressante pour la photo mais alourdi l'appareil qui se porte difficilement en pendentif lors d'une balade. Le poids de l'objectif fait piquer du nez les 900g de l'appareil lorsqu'il est suspendu à sa bandoullière.

La taille du boîtier est adéquate pour y loger une carte Compact-Flash, on ne s'attendait pas trop à y trouver une mini carte xD. La Compact Flash est certes le modèle le plus grand du marché mais aussi celui avec le plus de capacité à offrir. Il ne faut pas négliger ce détail dès lors que l'on veut prendre toutes ses photos avec la résolution optimale (un fichier au format RAW peut atteindre 15Mo). Si vous avez cependant du mal à contenir toutes vos images sur votre carte mémoire, sachez que la qualité de l'écran et le menu "lecture" permet de bien se rendre compte des images prises et d'en faire un tri sélectif sans difficultés.

L'ergonomie de l'appareil est bonne et la prise de vue facilitée par les deux écrans donnants plusieurs angles de vue. L'écran supérieur pouvant servir de viseur principal ou d'écran supplémentaire de contrôle de l'image en affichant au choix les données de prise de vue ou l'histogramme par exemple. La prise de vue est maîtrisée par la résolution de l'écran principal et sa couverture de champ à 100%. L'appareil dispose de boutons ici et là pour accéder rapidement aux principales fonctions, la navigation dans les menus se trouve ainsi limitée et simplifiée. La taille de l'écran principal permet également d'afficher l'arborescence du menu sur deux colonnes pour un confort d'utilisation appréciable.

Pour la qualité des photos, les performances en extérieur sont excellentes dès lors qu'on ne tire pas trop sur le zoom et que la lumière est au rendez-vous. En effet, l'appareil est doté d'un petit capteur de 2/3" sur lequel sont tout de même logés 8Mpx. Cela a pour conséquance de produire assez rapidement du bruit lorsque l'on monte dans les sensibilités. Ces sensibilités ne sont d'ailleurs pas très hautes puisque limitées à 400Iso. Le bruit est bien visible à 400Iso et l'absence de stabilisateur vient vite à manquer. On aurait prédit un excellent appareil si celui-ci avait inclu un stabilisateur optique. Hélas, la stabilisation est assurée par la montée en sensibilité du capteur et la prise de photo avec un zoom déployé en 15x reste délicate. L'emploi du zoom à son maximum restera destiné à un emploi en extérieur avec une bonne luminosité ou au photographe non fébrile. Dans ces conditions, les résultats sont confortables et l'amplitude du zoom bleuffante. La déformation de l'objectif n'est pas importante, légèrement présente en téléobjectif.

Vous aurez le choix entre 11 modes scènes: nuit, portrait, enfants, paysage, gros plan, texte, couché de soleil, aube, contre-jour, artifice, plage et neige. Dans les modes scènes, le mode "Sport", anticipera le bougé par la montée de la sensibilité à 400Iso. On gagne ainsi sur le bougé mais on perd en qualité d'image par la venue de bruit. En intérieur, l'utilisation du zoom est à proscrire, tant la luminosité vient à manquer. De plus, on se retrouve confronté au problème de mise au point minimale, celle-ci étant importante lorsque le zoom est déployé.

La balance des blancs est bonne, cependant l'appareil se fait parfois piéger sur l'exposition de la photo tantôt sur-exposée, tantôt sous-exposée . Le mode macro est également efficace et permet une prise de vue à 3cm en mode "super-macro" dont l'utilisation de 3 à 70cm est possible pour des focales de 50 à 100mm. Là dessus, l'utilisation du mode manuel est un régal et permet une maîtrise agréable des réglages grâce aux trois bagues mécaniques sur le fût de l'objectif. De surcroit, l'écran affiche en indication, la distance appareil/sujet par une réglette sur le côté droit de l'image.

En conclusion, le Samsung produit des images de qualité variable et souffre cruellement du manque de stabilisateur faisant des photos floues avec le zoom employé à son maximum. En intérieur, la sensibilté de l'appareil est également un peu poussive mais il se rattrape par l'utilisation de son flash relativement puissant et bien dosé.

Les vidéos sotn faites au format 640*480, 320*240 ou 160*120 avec Son Stéréo et 25 images par seconde. La qualité n'est pas formidable mais reste exploitable.

Pas de remarque particulière sur le transfert vers l'ordinateur se faisant normalement par le câble USB2.

L'autonomie de la batterie Lithium-Ion 1900mAh est surprenante car malgré la consommation que peut demander un écran de 3,5 pouces, l'appareil frôle les performances des reflex en affichant une tenue de 400 à 450 clichés avec une charge.

Comparaison des deux focales extrêmes du Samsung Pro-815.

 

Photo macro du Samsung Pro-815.

Photo macro du Samsung Pro-815

 

Photo de visualisation du bruit en taille réelle.

Photo de visualisation du bruit en taille réelle

 

Conclusion

Le Samsung Digimax Pro 815 est un appareil agréable à utiliser et généreux en fonctions, le zoom hors pair permet de couvrir les différentes situations tandis que l'écran avec sa taille astronomique permet de voir l'image avec une qualité et un confort indéniable. Les boutons et leurs multiples actions accèdent directement aux différentes parties du menu pour en simplifier l'utilisation et faciliter la prise de vue. Les menus sont bien lisibles et agréables.

La qualité des photos n'est pas extraordinaire hormis en extérieur avec une forte luminosité. L'appareil accuse le coup face au manque de stabilisateur optique et utilise les hautes sensibilités pour contrer son défaut lorsque la lumière est timide. Les images sont parfois bruitées quand elles ne sont pas floues. Les caractéristiques de ce Samsung sont alléchantes, on aurait sûrement eu droit à un best-seller si la stabilisation et la taille du capteur avaient été de la partie. Il n'en reste pas moins un bon appareil très convivial.

En bref

Samsung Pro-815

Samsung Pro-815

Ce qu'on a aimé

  • La plage focale 28-420mm
  • La taille et résolution de l'écran
  • Les 3 bagues du zoom
  • La résolution du capteur
  • L'écran supérieur
  • La griffe pour un flash supplémentaire
  • L'ergonomie

Ce qu'on a moins aimé

  • La qualité des photos
  • L'absence de stabilisateur optique
  • Le mode vidéo
  • Le manque de réactivité
  • Le poids et l'encombrement

Les notes de pixelValley

  • Prise de vue / Prise en main14
  • Ergonomie, Design, Menus13
  • Flash13,5
  • Macro13
  • Rendu des photos12

Note globale

Note globale: 13 sur 20
Retour